agrandir l'image

Gamma Caméra à traitement numérique 

Les gamma caméras de la société GAEDE sont équipées de détecteurs dont le signal de chacun des photomultiplicateurs est numérisé. Immédiatement après la détection d’un photon gamma, soit à peine une demi seconde plus tard, les signaux de l’ensemble des photomultiplicateurs sont affichés sous forme numérique. D’après ces données sont calculées ensuite la position ainsi que l’énergie cédée dans le détecteur. Le convertisseur analogique digital (ADC) dans le système n’est alors plus nécessaire.

L’avantage de cette technique est tel qu’elle réduit considérablement les coûts de l’électronique des détecteurs, tout comme elle minimise les coûts de production globale ou de maintenance. Aussi, le câblage de la caméra est, de ce fait, aussi simplifié. Plus aucun de nos détecteurs ne sont calibrés manuellement, c’est la raison pour laquelle ils ne requièrent que peu de maintenance. La calibration des photomultiplicateurs se fait habituellement par des LED intégrées.

Du fait que les coûts électroniques aient été considérablement réduits à comparer aux détecteurs précédents, il est évident que la consommation en énergie ait également diminué. La ventilation requise sera moindre elle aussi, et le bruit émis par l’appareil sera donc réduit à son tour.

Principe de fonctionnement

Nos détecteurs sont équipés de préamplificateurs extrêmement peu bruyant et dont le gain et l’offset peuvent être réglés par ordinateur, ce qui permet de réguler la dérive des photomultiplicateurs sans avoir à manipuler le détecteur. 

Réglé ainsi, le signal est envoyé directement dans l’ADC où il sera numérisé de façon continue avec une fréquence comprise entre 40 et 60 MHz. Nous utilisons des ADC ultra rapide dernière génération dans lesquels une puce de 12x12 mm numérise parallèlement et sans interruption les signaux de 8 photomultiplicateurs.

Une gamma caméra champ large avec 48 tubes photomultiplicateurs carrés requiert l’usage de 6 ADC. 4 seulement sont nécessaires au fonctionnement d’une caméra thyroïde équipée de 25 photomultiplicateurs.

Les signaux numérisés sont ensuite traités par un processeur FPGA (unité dont le hardware ne peut être programmé que par le soft) et dans lequel sont enregistrées les impulsions et calculée l’énergie. Le convertisseur AD et le processeur hautes performances sont sur une tablette de 15x15. Celle-ci est située sur le détecteur et envoie ses données par une interface USB.

Autres avantages 

L’un des avantages principaux de cette nouvelle technique est que des corrections relatives au champs de détection peuvent être effectuées, comme par exemple des corrections sur les bords du détecteur. Ces travaux sont aujourd’hui encore en développement. Les premières expériences ont démontré qu’il était possible d’agrandir le champ grâce à des corrections spéciales des photomultiplicateurs sur les bords. Il s’agit là de réduire les écarts entre le bord du détecteur et le champ de vision de la caméra, ce qui, pour certains examens comme pour les analyses SPECT par exemple, représente un plus considérable.

Avantages financiers

Même si les coûts de l’électronique pour chacun des systèmes sont moindres que pour les systèmes conventionnels, le prix de la machine inclut également les coûts de développement.

Cependant, l’utilisateur ne paie le prix de cet investissement qu’une seule fois,  même s’il s’avérait nécessaire de changer l’électronique.

C’est la raison pour laquelle, nous vous offrons, à condition que vous souscriviez un contrat de maintenance, une garantie supplémentaire de 4 ans sur l’électronique des détecteurs.

Marché international

Dans les appels d’offre des autres pays d’Europe, la numérisation par la caméra doit être effectuée pour chaque photomultiplicateur. Notre technique et technologie répondent donc parfaitement aux exigences internationales.